Rechercher

AccueilJean Leroy

Jean Leroy

 

Jean Leroy, né le à Charmois-l'Orgueilleux (Vosges) et mort le à Golbey (Vosges), est un homme politique français. Il fut député du département des Vosges de 1936 à 1942.

Biographie

Jean Henri Marie Léon Leroy est issu d'une famille d'agriculteurs du village vosgien de Saucenot (commune de Harol). Orphelin à 9ans, il est élevé par sa grand-mère maternelle, très pieuse. Il est envoyé au séminaire de Saint-Dié. Il découvre à 14 ans un mouvement catholique, le Sillon de Marc Sangnier et milite à partir de 1905 au Sillon lorrain. Il participe ensuite à la fondation de la Ligue de la jeune République, fondée par Sangnier en 1912, et devient un confident de ce-dernier. Agriculteur, il exploite une petite ferme de 25 hectares à Harol.

Mobilisé en 1914 en tant qu'officier subalterne, il est quatre fois cité et deux fois blessé, notamment à Soyécourt dans la Somme. Il est soigné par une infirmière qu'il épouse le 19 juin 1917, Marguerite Gaume. Il obtient la croix de chevalier de la Légion d'honneur en 1920, à titre militaire. Cet ancien combattant accède à la présidence de l'Union vosgienne des associations indépendantes des mutilés et anciens combattants, fondée en 1927, qui n'est affiliée à aucune des grandes fédérations nationales d'anciens combattants.

Il est élu conseiller municipal de Harol en 1925 et il se présente comme candidat de la coalition de Front populaire aux élections législatives de 1936 à Mirecourt. Il est candidat du Parti de la Jeune République, qui rassemble les catholiques de gauche, et il bénéficie de l'appui du député radical-socialiste Marc Rucart. Il bat au second tour le député sortant Louis Guillon, du Parti républicain agraire et social, grâce au bon report des voix de la gauche, et devient ainsi député le 3 mai 1936. Il adhère alors au très progressiste groupe de la Gauche indépendante. Il est élu secrétaire de la Chambre des députés en 1939 et 1940.

Mobilisé en 1939 comme commandant de réserve, il est fait prisonnier par les Allemands, ce qui l'empêche de prendre part au vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940. Il reste officiellement député jusqu'au 31 mai 1942, à la suite d'un décret de juillet 1939 qui proroge le mandat des députés jusqu'à cette date. Il est libéré en 1941 en tant qu'ancien combattant. Il entre ensuite en contact avec les résistants vosgiens. A la Libération, il refuse un poste de préfet proposé par le ministre de l'intérieur et milite à nouveau à la Jeune République.

Il participe au 21e congrès de ce parti, en septembre 1945 et se présente aux cantonales le même mois, à Bruyères, mais il est battu dès le premier tour. En octobre 1945, il figure à la deuxième place sur une liste comprenant des membres de la Jeune République et des radicaux, à l'élection législative constituante mais aucun candidat de cette liste n'est élu. Il participe à la relance de la Jeune République à partir de 1959. Ce petit parti s'oppose à la Ve République gaullienne. Vice-président du parti en juin 1963, il est président à partir de novembre 1963, jusqu'en 1974.

Il milite encore dans l'univers des anciens combattants : il préside de 1953 à 1964 l'Union française des associations de combattants et de victimes de guerre (UFAC), des Vosges. L'UFAC, fondée en 1945, est une confédération rassemblant les grandes fédérations d'anciens combattants, seule habilitée par l'Etat pour intervenir auprès des pouvoirs et administrations publics.

Sources

  • « Jean Leroy », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960

Bibliographie

  • Jean-Paul Rothiot, « Jean Leroy, agriculteur, ancien combattant, député et militant de la Jeune République », Le pays de Dompaire, Fédération des Sociétés savantes, 2012, pp. 519-540
  • Jacques-Olivier Boudon (dir.), La Jeune République. Histoire et influence, 1912 à nos jours, Paris, Champion, Bibliothèque d'études des mondes chrétiens, 2017
  • Bertrand Munier, Le Grand livre des élus vosgiens, 1791-2003, Haroué, Gérard Louis, 2003

Notes et références

Liens externes

  • « Jean Leroy », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale
  • Portail des Vosges
  • Portail de la politique française

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Jean Leroy de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Livres

Afficher "Le Chat qui voulait être un tigre"Afficher "Tu chantes mal, Charlie !"Afficher "Le Pirate et le roi"Afficher "Nous quand on sera grands"Afficher "Les Trois petits casse-pieds"Afficher "Quand les poules auront des dents !"Afficher "Castor-Têtu"Afficher "Roule ! Roule !"Afficher "Fleur-de-Cactus et Castor Têtu"Afficher "Pas beau coco !"Afficher "La monture de Castor-Têtu"Afficher "Carabinette"Afficher "Le Panier"Afficher "Anoki"Afficher "Un jeune loup bien éduqué"Afficher "La Soupe aux frites"Afficher "Deux manchots sur un glaçon"Afficher "Sinon quoi ?"Afficher "Capitaine Ours Blanc"Afficher "Le Tout petit fermier"Afficher "Une Faim d'ogre"Afficher "Papa poule"Afficher "Les Orteils n'ont pas de nom"Afficher "Grand Guili"Afficher "La princesse, le loup, le chevalier et le dragon"